The Dragon's Secrets

forum privé
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 mythologie : les vampires

Aller en bas 
AuteurMessage
lelorrain
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 409
Date d'inscription : 26/07/2005


Nom du personnage:
Nom du premier dragon:

MessageSujet: mythologie : les vampires   Jeu 7 Sep - 20:41

Un vampire est dans le monde occidental un mort-vivant condamné à boire du sang pour survivre.
Selon les mythes, légendes ou auteurs, le vampire a des forces et des faiblesses différentes.
Ainsi, le vampire
 Ne supporte pas la lumière du soleil.
 A la faculté de se transformer en animal (loup, chauve-souris) ou en brume. D'autres formes lui sont prêtées parfois surprenantes : grenouille, araignée, parfois même légumes et autres objets inanimés.
 Se nourrit de sang. Là encore, dans de nombreuses légendes, le vampire ne se nourrit pas que de sang, mais aussi d'excréments humains et de chair, même de la sienne propre : comme tous les morts vivants, le vampire pratique en effet l'automastication de sa chair et de ses vêtements. (cf. La Mastication des morts, un ouvrage du Moyen Âge relatant des linceuls retrouvés mâchonnés)
 Peut lire dans les pensées.
 Ne se reflète pas dans les miroirs.
 Ne peut franchir un seuil sans y être invité
 Est immortel, et ne peut être tué que par un pieu dans le cœur, une décapitation ou une crémation. (plusieurs variantes)
 Est doué d'une forçe physique exceptionelle.
 A une peau d'une blancheur blafarde.
 Ne peut franchir l'eau courante.
 Peut être repoussé par un crucifix.
 Est indisposé par l'odeur de l'ail.
 Peut être blessé par de l'eau bénite.

On lui donne de nombreux nom différents selon les pays : Vukodlak (Allemagne), Wrikodlaki (Dalmatie), Vampir (Roumanie), Dachnavar (Arménie), Vetalâs (Inde), Kiang (Chine), Wampir (Pologne), Vrykolakas (Grèce), Vrkolak (Slovénie), Ghûl (Moyen Orient ; la goule a pris en Occident un autre sens), Vampir (Serbie), Lamie (Latin).

La mort joue un rôle primordial dans l’imagination des hommes. Ce sont toujours les faits les plus sanglants qui restent gravés dans nos mémoires. Il n’est donc pas étonnant que le thème du vampire ait rencontré un tel succès. Un vampire symbolise la vie éternelle qui ne peut perdurer que grâce au sacrifice. A travers ce personnage, assoiffé de sang, c’est la face sombre de l’humanité qui nous est renvoyée.
L'archétype du monstre buveur de sang existe dans le monde entier et remonte à la plus haute antiquité (voire la préhistoire)
Le vampirisme est né des puissantes vertus que l’homme a toujours attribué au sang ainsi qu’à sa peur de la vengeance des morts. La parfaite conservation de certains cadavres a largement contribué aux croyances en l’immortalité de certains êtres maléfiques.
La préhistoire et l’Antiquité ont vu naître les vampires et les premiers hommes en ont laissé des traces diverses. On retrouve les premières traces d'êtres buveurs de sang sur un vase préhistorique, découvert en Perse.
Le panthéon assyrien possède des démons suceurs de sang dont la cruelle Lilith. La Bible, par le biais de la nécromancie, fait des allusions aux vampires.
Dans la Grèce antique, les ombres du royaume d'Hadès sont friandes du sang des victimes. Selon Platon et Démocrite, l'âme peut demeurer auprès des morts privés de sépulture. Les âmes malheureuses et errantes se laissent alors attirer par l'odeur du sang.
De leur côté, les Romains ont Lamia, une goule malfaisante qui vampirise et dévore les fœtus.
Mais c’est de la mythologie slave que viendrais le vampire moderne, par le Oupyr, esprit malin qui personnifiait autrefois toutes les forces de la nature, hostiles à l'homme, et qui deviendra plus tard un vampire qui sort des tombes, se jette sur les gens et boit leur sang.
Au commencement les Slaves anciens crurent aux génies "oupyrs" et "béréguinias". Les premiers, du genre masculin, se considéraient comme l'incarnation du mal. Les autres, du genre féminin, se considéraient comme l'incarnation du bien.
Il est intéressant de suivre les métamorphoses du mot "oupyr". Les Slaves anciens prononçaient sa première syllabe comme "ou" nasale - "oumpir". Les slaves méridionaux prononçaient "o" au lieu de "ou" et ajoutaient la consonne "v" - "vompir". Ils transmirent ce nom à leurs voisins occidentaux qui n'avaient pas connu de tels personnages. Le mot "vampire" pénétra alors dans les croyances des peuples occidentaux.
"Béréguinia" se traduit en français comme "une gardienne". Les béréguinias étaient des gardiennes célestes de l'homme et s'opposaient aux oupyrs. A l'origine elles représentaient des esprits impersonnifiés sans traits distincts. Mais les croyances de l'homme ne peuvent rester sans changement. L'image des génies naturels se développa peu à peu, et vint enfin le temps où les esprits impersonnifiés d'autrefois cédèrent leur place aux nouveaux possesseurs du monde, beaucoup plus pittoresques et beaucoup plus puissants. Ce fut l'époque de la naissance des dieux.
Notons que le « vompir » est quasiment la seule créature de la mythologie slave à être aussi connue dans le monde.

C’est au XIe siècle que l’on trouve la première mention officielle du vampirisme en Occident. Le mythe s’étend au monde entier. Ainsi, au XIIe siècle, il est tellement bien implanté que l’on doit, en Angleterre, brûler ces créatures pour apaiser la colère populaire.
Autant préciser que se sont de pauvres victimes innocentes qui font les frais de cette superstition. Herenberg cite d'ailleurs deux cas en 1337 et 1347 : les présumés coupables de vampirisme furent em palés et brûlés.
De même, au XIVe siècle, les épidémies de pestes sont l'occasion pour la population (surtout en Europe de l'Est ) d'une véritable frénésie anti-vampire.
Le vampirisme était pour l'Église catholique un sujet sérieux et politique (à la manière de la Bête du Gévaudan) Selon elle, les âmes des morts ont trois alternatives :Paradis, Enfer ou Purgatoire. Or le vampire est un mort qui ne se retrouve dans aucune de ces trois catégories, puisque c'est une âme qui erre sur Terre. Sa simple existence remet donc en cause le dogme catholique et donc la puissance de l'Église.

A partir de 1730, des tombes sont profanées en grand nombre. Les cadavres, soupçonnés d’être des vampires, sont déterrés, leurs cœurs sont transpercés d’un pieu puis les corps sont brûlés. Le phénomène prend tant d’ampleur que l’armée est obligée d’intervenir. Ce macabre rituel est parti de Grèce pour s’étendre à toute l’Europe centrale.
En 1912, un fermier hongrois affirma qu'un garçon de quatorze ans qu'il avait employé et qui était mort récemment lui rendait visite chaque nuit. L'affaire a été signalé par le Daily Telegraph de Londres.

L'image moderne du vampire, magnifiée par le cinéma et la littérature fantastique, trouve sa source dans le romantisme anglais du XIXe siècle. Confrontés au carcan socio-culturel de l'Angleterre victorienne, où tout ce qui s'écarte de la bienséance et des valeurs établies est occulté ou réprimé, les romantiques s'insurgent contre le rationalisme et le matérialisme ambiants, proclament la supériorité du sentiment sur la logique foide et impersonnelle, et affirment la primauté de l'individu sur le collectif. Dans une société pudibonde dont les piliers sont l'argent et la religion, la littérature fantastique est un formidable moyen d'évasion et de défoulement, où il est permis d'évoquer les situations les plus horribles ou les plus scabreuses du moment que la morale établie triomphe à la fin de l'histoire.
A cette époque apparaît une nouvelle dimension dans le mythe vampirique: l'aspect sexuel. Le vampire romantique du XIXe siècle est un séducteur -ou plus souvent une séductrice- qui apporte la mort à ceux qui l'aiment. Le rapport de domination sado-masochiste qui s'établit entre le vampire et sa victime consentante deviendra par la suite une constante de l'imagerie fantastique. L'allégorie permet aux auteurs victoriens d'offrir à leurs lecteurs des situations jugées scandaleuses d'après les canons de la morale bourgeoise, tout en évitant les foudres de la censure, puisque la vertu et la morale finissent toujours par l'emporter.
La première oeuvre marquant cette tendance est "Carmilla", de Joseph Sheridan Le Fanu.
Longue nouvelle parue en 1871, Carmilla met en scène une héroïne sensuelle et perverse, qui entretient des relations de séduction explicites avec sa victime, une jeune fille nommée Laura. L'atmosphère de ce livre est étrange, oscillant entre le rêve et la réalité, avec un jeu de miroirs autour de l'identité de la Comtesse Karstein, belle et secrète vampire.
En 1897, Bram Stocker publie "Dracula".
Cet épais roman relate l’affrontement entre un groupe de personnes, menées par le professeur Van Helsing, et l’impitoyable vampire transylvanien, le comte Dracula. Le personnage le plus intéressant est naturellement le Comte Dracula, aristocrate dominateur et figure redoutable qui écrase de sa présence les autres personnages "médiocres représentants de la société victorienne", à l'exception peut-être du professeur Abraham Van Helsing, patriarche sage et bienveillant, qui mène la lutte contre le vampire.
Depuis, ce roman a donné naissance à des dizaines de films, de livres, de bandes dessinées et de séries télévisées.
Si la tradition vampirique était déjà largement répandue quand le roman fut publié en 1897, le roman de Stoker apporte de nombreuses innovations qui renforcent le mythe. Le vampire peut être mis en fuite grâce à l’utilisation de l’ail ou de la croix. Il peut également pénétrer n’importe où comme par magie.
De plus, il est certain que l’aspect sexuel qui apparaît dans les relations entre Dracula et ses victimes n’est pas étranger au succès remporté par le roman.
Dracula est bien sûr un personnage de fiction. Pourtant, l’auteur s’est inspiré d’un personnage qui, lui, était bien réel : le sinistre Vlad IV, surnommé Tepes « L’Empaleur ».
Au XVe siècle, un des voïvodes (princes) de la Valachie, province sous domination Turque, située entre les Alpes de Transylvanie et le Danube, est connu sous le nom de Vlad Dracul. Dracul signifie « dragon », l’emblème du roi.
Quand son fils, Vlad IV, né en 1430, lui succède, il reçoit le titre de Dracula c’est-à-dire « fils du dragon ».
A cette époque, la violence est omniprésente. Dès son enfance, Vlad IV voit son père assassiné et son frère enterré vivant. Lui-même est retenu prisonnier de nombreuses années par les Turcs dans une forteresse. A cette époque, l’Empire ottoman s’étend jusqu’aux frontières de la Hongrie. Vlad IV est considéré comme un héros par les roumains.
L’empalement sur un pieu de bois ou de fer, est la méthode préférée de Vlad IV pour se débarrasser de ses prisonniers ou des opposants. Sa cruauté est bien connue et une gravure allemande de 1499 le montre en train de festoyer au milieu de cadavres emp alés. Il venait alors de faire empaler 30 000 habitants d'une ville vaincue.
On estime entre 50 000 et 100 000 le nombre de ses victimes emp alées, brûlées ou écorchées vives lors de son règne qui n’a duré que 10 ans.
Son sadisme ne connaît aucune limite. Des chroniques locales racontent comment, pour punir des émissaires turcs de ne pas s’être découverts en sa présence, il a ordonné que leur fez (turban) soit cloué sur leur crâne.
Un autre fait rapport qu’il a rassemblé de nombreux pauvres et infirmes dans une salle fermée, sous prétexte de leur fournir de la nourriture, et il y fit mettre le feu.
Vlad Dracul a été tué en 1476. On ne sait pas s'il s'agit d'un assassinat. L'hypothèse la plus vraisemblable est qu'il a été tué au combat par les Turcs. Par contre, on sait qu’il a été décapité et que sa tête a été plantée à l’extrémité d’une pique.
C’est au début du 20e siècle que sa tombe a été découverte. Mais, à la surprise générale, elle s’est révélée vide.
La réalité a ainsi rejoint la fiction. Dracula ne peut mourir et hante toujours nos esprits. Comble de l'ironie, il est aujourd'hui le thème d'un parc de loisirs situé à proximité de son château fort. Vlad Dracul, l'Empaleur, est devenu un argument touristique.

Aujourd’hui, le mythe existe toujours. Alimenté par le cinéma, la légende a malheureusement inspiré des tueurs en série comme Peter Kürten baptisé « le vampire de Düsseldorf ». Certaines sectes « vampiriques » continuent toujours à sévir dans le monde.

Plusieurs causes parfaitement rationnelles peuvent expliquer de nombreux cas de supposé vampirisme. Cependant, il semble que même cumulés, elles ne suffisent pas à expliquer la totalité des cas.
Parmi les causes invoquées, citons :
- la rage :
Cette maladie provoque, entre autre, de l'hydrophobie : la vue de liquide provoque une peur non raisonnable, alors que le contact entraîne des sensations de brûlures insoutenables (comme les vampires, avec l'eau bénite), et de l'hyperesthésie : les malades craignent les lumières trop dures (les vampires, celle du soleil), et les fortes odeurs. (les vampires, celle de l'ail) ainsi que des insomnies (les vampires ne vivent que la nuit), des hallucinations, une hypersalivation et parfois une contraction des muscles de la face et de la gorge, ce qui empêche le malade de déglutir et provoque par frottement des blessures sur les parois de la gorge, ce qui explique la présence de sang dans la salive que le malade n’arrive plus à avaler.
- la porphyrie.
Cette affection héréditaire aboutit à l’accumulation dans le sang d’un des composants de l’hémoglobine, la porphyrine. Cela entraîne divers symptômes cutanés.
Dans les années 1980, des chercheurs ont décrit une forme très rare de cette maladie. Les patients développaient des dents pointues, une hypersensibilité à la lumière et un besoin de sang.
- les terres riches en arsenic.
Les eaux arsenicales préservent les corps, ce qui peut expliquer certains cas de cadavres préservés. Les cas les plus célèbres de vampirisme sont signalées en terre orthodoxe, où la non-putréfaction est signe diabolique (au contraire du catholicisme qui la considère comme un signe divin).
- la catalepsie
- les enterrements accidentels
- Le xeroderma pigmentosum
C’est une maladie génétique rare. Elle se caractérise par une sensibilité excessive de la peau au soleil, des troubles oculaires et un risque multiplié par 1000 de développer un cancer de la peau ou des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elevezundragon.com/index.php?page=fichejoueur&jou
Ysaline
Grande babaille
avatar

Nombre de messages : 227
Age : 43
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 21/07/2005


Nom du personnage: Ysaline
Nom du premier dragon:

MessageSujet: Re: mythologie : les vampires   Ven 8 Sep - 9:40

ca me semble complet...mais dame natasha pourra vous le confirmer Smile


puis vive google lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elevezundragon.com/index.php?page=fichejoueur&joueur_
Natasha
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 90
Age : 43
Localisation : dans les méandres de mon existence de nosferatu!
Date d'inscription : 30/08/2006


Nom du personnage:
Nom du premier dragon:

MessageSujet: Re: mythologie : les vampires   Sam 9 Sep - 1:54

merci très cher de faire honneur aux miens

je me vois dans l'obligation de m'incliner et il me semble n epas a avoir grand chose a y rajouter sauf que nous avons un instinct très developpé y compris les 5 sens et nous savons hypnotiser les humains et les animaux!

c'est ce qui nous rend si fascinant parait il!! pompomgirl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tigra2
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 663
Age : 47
Localisation : Belgique - Houffalize
Date d'inscription : 21/07/2005


Nom du personnage: Tigra
Nom du premier dragon: Gorbach

MessageSujet: Re: mythologie : les vampires   Sam 9 Sep - 11:45

Mais nous sommes déjà tous hypnotisés par ton charme indescriptible!

crasse

loooool

bigsmurf

_________________
Le Dragon est fier,
Mais si tu sais y faire,
De son coeur pur,
Il fera ton armure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elevezundragon.com/index.php?page=fichejoueur&joueur_
Natasha
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 90
Age : 43
Localisation : dans les méandres de mon existence de nosferatu!
Date d'inscription : 30/08/2006


Nom du personnage:
Nom du premier dragon:

MessageSujet: Re: mythologie : les vampires   Dim 10 Sep - 4:28

ooohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

tigra enlèves tes doigts de ton nez vilain!!!!!!!!!!!!!!!!!


devant une gente dame de ma classe comment oses tu!!! mdr


bon vas donc t'occupper de ton spaghetti mdr sorcière
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tigra2
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 663
Age : 47
Localisation : Belgique - Houffalize
Date d'inscription : 21/07/2005


Nom du personnage: Tigra
Nom du premier dragon: Gorbach

MessageSujet: Re: mythologie : les vampires   Lun 11 Sep - 0:47

Bon! J'en lève mon doigt de mon nez. Mais alors où vais-je le mettre?


Dans ta sauce à spagethi peut être? Wink

bigsmurf

_________________
Le Dragon est fier,
Mais si tu sais y faire,
De son coeur pur,
Il fera ton armure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elevezundragon.com/index.php?page=fichejoueur&joueur_
Natasha
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 90
Age : 43
Localisation : dans les méandres de mon existence de nosferatu!
Date d'inscription : 30/08/2006


Nom du personnage:
Nom du premier dragon:

MessageSujet: Re: mythologie : les vampires   Sam 16 Sep - 0:24

ko comment osez très cher!!!!! diablo

je suis choquée lol


trop comique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tigra2
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 663
Age : 47
Localisation : Belgique - Houffalize
Date d'inscription : 21/07/2005


Nom du personnage: Tigra
Nom du premier dragon: Gorbach

MessageSujet: Re: mythologie : les vampires   Sam 16 Sep - 22:10

Je reconnais là ta grandeur d'âme! mdr mdr mdr

Au passage superbe ton avatar

bigsmurf

_________________
Le Dragon est fier,
Mais si tu sais y faire,
De son coeur pur,
Il fera ton armure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elevezundragon.com/index.php?page=fichejoueur&joueur_
Natasha
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 90
Age : 43
Localisation : dans les méandres de mon existence de nosferatu!
Date d'inscription : 30/08/2006


Nom du personnage:
Nom du premier dragon:

MessageSujet: Re: mythologie : les vampires   Jeu 2 Nov - 12:19

grandeur d'ame a oui tiens ^^

il y a longtemps que j'aurais du repondre ici je crois bien ^^

merci pour mon avatar

comme tu vois je regle les trucs non fait avant de partir ^^ ko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: mythologie : les vampires   

Revenir en haut Aller en bas
 
mythologie : les vampires
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Mythologie et le folklore du Buffyverse
» Générateurs de pseudo: vampires, elfiques, etc...
» [De la Cruz, Melissa] Les Vampires de Manhattan - Tome 1: Les vampires de Manhattan
» [Vente] Démon de Slaanesh, Comtes vampires, hauts-elfes et HB
» Comtes Vampires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Dragon's Secrets :: Le Coin du Cuistre :: Divers (culture générale, etc...)-
Sauter vers: